Archives de la catégorie ‘Société’

Enfant de l’internet et des réseaux sociaux, sera t-elle la révolution industrielle du XXIème siècle ? Il est encore trop tôt pour le dire, mais des dizaines d’initiatives voient le jour, y compris ici en Bourgogne, et des acteurs commencent à émerger, qui ont bien l’intention d’imposer cette nouvelle manière de consommer et de produire qu’est l’économie collaborative. Deux exemples  à Dijon avec les Docks Numériques et  dans le Jura, avec le Fablab Net-Iki.

Article paru dans le Journal du Palais n°4342 du 20 au 26 mai 2013.

DOC NUMERIQUE

Agathe Bonnin de Open 21, Bruno Louis Seguin de la Toilerie, Silvère Denis, gérant des TIC Nerveuses, et Benoît Chevillot de Diviseo, tous associés de la coopérative les Docks Numériques, qui porte un projet d’agrandissement pour 2014.

(suite…)

Publicités

IMG_4925Si comme moi vous regardez peu la télé mais qu’il vous arrive quand même de surfer sur les différentes chaînes, vous n’aurez pas pu échapper à la vision caricaturale des États-Unis véhiculée par les séries du grand frère américain : gratte-ciels, petites pépées et grosses berlines surpuissantes, dans un univers baigné d’ultra-violence. Pourtant il existe une autre Amérique. C’est celle qui roule à vélo, peu importe que ce soit par nécessité ou par choix. De New-York à Santa-Cruz, de Los Angeles à San Francisco, ils sont très nombreux ces américains qui ont « definitively » choisi le deux-roues comme mode de déplacement. Et, désolé pour votre ego cocorico, mais ils sont beaucoup plus nombreux que nous…

(suite…)

logo Radio Dijon CampusChronique réalisée dans le cadre de l’émission Médiapolis, sur Radio Dijon Campus, le 27 mars 2013 – Master 2 Euromédias

Au moment même où les citoyens ont besoin de repères et d’informations fiables pour décrypter le monde qui nous entoure, le cynisme continue de faire des victimes. Première d’entre elles, le journalisme. Profession chahutée par l’opinion publique, en grand danger avec la redistribution des cartes dans l’univers médiatique, elle doit également subir les assauts cyniques des communiquants, bien décidés à mettre ses lettres de noblesse au service du « consommer toujours plus », en inventant le brand journalism, ou journalisme de marques, une pâle imitation de ce qu’on peut attendre de ce métier.

images« Ils ont fait de nous des migrants ». Derrière cette simple phrase se cachent une blessure profonde et un remords, ceux d’un homme qui comme tant d’autres a connu l’exil. Comme tant d’autres mais pas de la même façon. Quand tous, ou presque, font de leur patrie d’origine un paradis perdu, Giuseppe Mungo explore une autre voie. Celle de la responsabilité des élites italiennes dans l’immense vague d’émigration de l’après-guerre,  qui jeta sur les routes d’Europe plusieurs millions d’italiens. (suite…)

Une logo Radio Dijon Campuschronique réalisée dans le cadre de l’émission Médiapolis sur Radio Dijon Campus, en octobre 2012. Master 2 Euromédias – Dijon.

L’extrême-droite affectionne particulièrement la critique des médias, corrompus et vendus à la gauche et – on n’est plus à un paradoxe près – au grand capital… Mais cela ne l’empêche pas, bien au contraire, d’avoir une stratégie très poussée d’occupation du terrain médiatique, avec dernièrement une inquiétante multiplication de sites internet portés par des groupes d’extrême-droite. Rien que de très normal dans une démocratie, si ce n’est qu’une fois de plus, ils se cachent derrière les paravents du pluralisme d’opinion et de la lutte contre la pensée unique.


logo Radio Dijon CampusUne chronique réalisée dans le cadre de l’émission Médiapolis, sur Radio Dijon Campus, en octobre 2012.

L’association de la Presse d’Information Politique et Générale (IPG) vient de se créer autour de quelques grands poids lourds du secteur, comme le groupe Perdriel. Ambition affichée : convaincre le gouvernement de présenter un projet de lois permettant aux éditeurs de presse écrite d’être rémunérés pour ce qu’ils qualifient de « pillage de leurs contenus » par les moteurs de recherche. Premier visé : Google, qui détient le quasi-monopole en France de la recherche sur internet. Mais celui-ci n’entend pas se laisser mettre au pas sans résister, et les nouveaux médias sur internet que sont les pure players se sentent également visés. Qu’en est-il exactement de ce projet ? quels en sont les enjeux ? c’est ce que nous avons demandé à Denis  Bouchez, directeur de cette toute nouvelle association née en mai 2012.

Article publié le mercredi 31 aôut 2011 sous le nom de Léa Maxime sur le site internet www.altritaliani.net

La presqu’île de Cavallino-Treporti fait partie des 55 000 hectares du bassin lagunaire de Venise. Elle est incluse dans la Zone dite de Protection spéciale (ZPS), redéfinie en 2007 pour répondre à la condamnation (2003) de l’Etat Italien par la Cour de Justice Européenne, pour classement insuffisant de nouvelles zones de Protection de l’Environnement. Elle suscite toutes les convoitises et reste plus que jamais menacée.

(suite…)

Le Ministère de la Santé italien déclare la guerre aux « abusifs ».
Article publié le 13 octobre 2011 sous le nom de Léa Maxime dans le site altritaliani.fr

Les années 80 ont vu apparaître en Italie les premiers « Vucumprà », ces vendeurs à la sauvette venus d’Afrique noire qu’on surnommait ainsi car ils vous apostrophaient gentiment pour vous demander : « Vuoi comprare ? » (tu veux acheter), qui se transformaient dans leurs bouches en un « Vucumprà ? » beaucoup plus africain. Ils suscitaient alors plus de moqueries que de rejet, dans une Italie qui n’avait connu jusque là que des vagues d’émigration, jetant sur les rivages de l’emploi, en France, en Allemagne, en Suisse ou encore aux Etats-Unis, des dizaines de milliers d’italiens, du Nord comme du Sud.Trente ans plus tard, les Vucumprà sont toujours là. On peut les voir arpenter les plages de la lagune de Venise, à Cavallino ou Lido di Jesolo, où ils proposent serviettes de bain, paréos, bijoux et bimbeloteries que les touristes – en quasi-totalité européens du Nord – continuent de marchander âprement.

(suite…)

Une chronique de trois minutes, suivie d’une proposition musicale, en italien, en lien avec le thème de la chronique.

Dans la péninsule, il devient de plus en plus difficile de quitter le nid familial : 60% des 18-34 ans vivent encore chez leurs parents. Une situation due à la crise économique, et qui oblige les familles à servir d’amortisseur social. Suivi de « la strana famiglia » de Giorgio Gaber.

Première diffusion le 17 janvier 2011 sur Radio Temps Rodez