A Dijon, la Cité de l’Autre Économie attire des investisseurs

Publié: 29 août 2016 dans Economie, Ecriture presse, Tiers secteur/ESS, Uncategorized
Tags:, , , ,
CITE NOUVELLE ECONOMIE

La Cité de l’Autre Economie devrait ouvrir courant 2018 dans l’éco-quartier de l’Arsenal, lui-même partie d’un grand projet d’aménagement urbain du sud de l’agglomération, le territoire Grand Sud. Crédit photo : Cité de l’Autre économie.

L’arrivée d’une Cité de l’Autre Économie se concrétise à Dijon, inspirée de la Città dell’Altra Economia de Rome (Italie). Son objectif est contenu dans son nom : promouvoir une autre économie, au service des hommes et respectueuse de l’environnement, laboratoire d’innovation sociale et de démocratie.  Après de multiples rebondissements, le projet est dans la dernière ligne droite, celle du financement. Lors de l’assemblée générale en juin dernier, les porteurs du projet ont dévoilé le montage financier qui va lui permettre de voir le jour : projets solidaire et immobilier feront l’objet de deux sociétés distinctes, société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) et société civile immobilière (SCI), dans laquelle investiront la Caisse des Dépôts et un pool de banques régionales.

Article paru dans le Journal du Palais de Bourgogne n° 4508 du 23 au 31 juillet 2016.

Difficile et long de concrétiser un projet lorsqu’il n’a pas d’équivalent sur le territoire national. Difficile mais pas impossible. C’est le pari que sont en passe de réussir les porteurs de l’idée d’une Cité de l’Autre Économie, plus sociale et solidaire, qui devrait voir le jour fin 2018 dans la partie sud de Dijon, au cœur de l’éco-quartier de l’Arsenal.

Pour y arriver, il a fallu affiner le projet de départ dans ses contenus mais aussi dans son ingénierie financière. « D’une logique d’achat d’un bâtiment, les principes de réalité nous ont rapidement rappelé qu’une association qui a 1.500 euros de fonds propres ne devient pas propriétaire d’un bâtiment de 17 millions d’euros », convient Agostino Burruni, chef de projet de la Cité de l’Autre Économie.

SCIC ET SCI. C’est là qu’est née l’idée de scinder en deux le portage du projet. D’un côté, une Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) aura pour mission de concrétiser la Cité en définissant ce qu’elle contiendra en terme d’offre commerciale et d’activités solidaires, le « business model » qui lui permettra de se pérenniser et les compétences et partenariats nécessaires à son bon fonctionnement. L’étude de faisabilité est en cours et devrait être finalisée à l’automne.

IMG_0084

Agostino Burruni, chef de projet, qui bénéficie du soutien du groupe Envie. Crédit photo : Sylvie Kermarrec.

D’une logique d’achat d’un bâtiment, les principes de réalité nous ont rapidement rappelé qu’une association qui a 1.500 euros de fonds propres ne devient pas propriétaire d’un bâtiment de 17 millions d’euros »

 

PROJET IMMOBILIER

7,23 MILLIONS D’EUROS. De l’autre, une Société civile immobilière (SCI) va permettre de réaliser une opération classique de promotion immobilière et d’intéresser des investisseurs.

« Le bâtiment reste la propriété de la communauté urbaine du Grand Dijon. Il est mis en location pour 65 ans dans le cadre d’un bail emphytéotique, avec un loyer symbolique pendant 18 ans » précise Agostino Burruni, « ce qui permet aux investisseurs d’entrer sereinement dans la SCI ».

C’est Icade, société immobilière filiale de la Caisse des Dépôts, qui se chargera de l’opération, chiffrée à 7,23 millions d’euros. L’architecture financière de la SCI est arrêtée à 40 % d’apport en capital et 60 % d’emprunts bancaires.  Pour l’apport en capital, la Caisse des Dépôts mettra  40 % dans la corbeille, tandis que deux banques coopératives, le Crédit Agricole Champagne-Bourgogne et la Caisse d’épargne Bourgogne-Franche Comté, apporteront chacune 20 %.

TROUVER 600.000 EUROS. Les 20 % restant seront  à la charge de la SCIC, une somme de 600.000 euros qu’il faudra trouver pour être à la table des investisseurs : «  Auprès des fonds européens et du Conseil régional  notamment » avance Jacques Nodin,  le président de l’association préfiguratrice. Crédit Agricole, Caisse d’épargne et Crédit Coopératif constitueront le pool bancaire pour la partie financement.

POUR EN SAVOIR PLUS

A lire dans Les Clés de Demain. L’interview de Jacques Nodin, président d’Envie Dijon et de l’association de préfiguration de la Cité de l’autre économie (parution 28 septembre 2015) :

http://lesclesdedemain.lemonde.fr/point-de-vue-clesdedemain/le-numerique-vecteur-de-lien-entre-producteur-et-consommateur_a-96-5334.html

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Les commentaires sont fermés.