Balade dans l’Amérique qui pédale

Publié: 28 août 2013 dans Ecriture web, Société
Tags:, , ,

IMG_4925Si comme moi vous regardez peu la télé mais qu’il vous arrive quand même de surfer sur les différentes chaînes, vous n’aurez pas pu échapper à la vision caricaturale des États-Unis véhiculée par les séries du grand frère américain : gratte-ciels, petites pépées et grosses berlines surpuissantes, dans un univers baigné d’ultra-violence. Pourtant il existe une autre Amérique. C’est celle qui roule à vélo, peu importe que ce soit par nécessité ou par choix. De New-York à Santa-Cruz, de Los Angeles à San Francisco, ils sont très nombreux ces américains qui ont « definitively » choisi le deux-roues comme mode de déplacement. Et, désolé pour votre ego cocorico, mais ils sont beaucoup plus nombreux que nous…

Article 2013 – Remise à jour 2014.

Oui les américains aiment la bagnole, et dans les lieux huppés et branchés, Mustang décapotables et modèles vintage se comptent à la pelle, surtout sur la West Coast, et cela donne ceci :

 ***

Mais dans un pays où cohabitent toutes les couleurs de peau et religions, il fallait bien aussi que cohabitent tous les moyens de transport, et le vélo ne fait pas exception à la règle, bien au contraire.

Les trois villes que j’ai visitées, New York, Los Angeles et San Francisco ont développé un réseau de pistes cyclables, et les panneaux « share the road » (partageons la route), sont très présents également en dehors des villes. L’association Adventure Cycling est un des acteurs du développement d’un réseau de parcours vélos dans plus de 40 états, qu’elle qualifie sur son site de « premier réseau au monde », le Us Bicycle Route System. Plus de 5.000 miles (8.000 km) sont déjà connectés.(http://www.adventurecycling.org/routes-and-maps/us-bicycle-route-system/)

 ***

 ***

Manhattan, Brooklyn sont quadrillés de pistes cyclables, et un réseau de vélo en libre-service, de type Vélib, est disponible à peu près partout (dans les quartiers aisés bien sûr…). D’ailleurs l’omniprésence du vélo commence à y poser des problèmes, si l’on en juge par les campagnes de communication placardées dans le métro :

 ***

IMG_5031

 ***

Ce qui n’empêche pas d’entendre les « go ! go ! go ! » violents des cyclistes qui se la pètent lorsque par mégarde on prend un peu trop de place sur la piste ou que l’on est un peu trop lent …

San Francisco, le vélo est très présent dans la ville notamment dans les milieux branchés, et la ville a lancé son libre-service en 2014.

A New York comme à Paris, des rues sont fermées à la circulation le week-end pour laisser un peu d’espace et de respiration aux autres moyens de déplacement, comme cette allée près de Grand Station :

 ***

IMG_4752

 ***

Dès qu’on arrive à Big Apple, dans LA ou San Francisco downtown, on est frappé de voir le nombre de personnes à vélo, équipées d’un casque et d’un gilet fluo, qui tentent de survivre au milieu de la nuée de voitures américaines (souvent japonaises d’ailleurs), yellow cabs, vieux bus publics un brin décatis et énormes trucks qui vous collent une trouille pas possible lorsqu’il s’agit de traverser (même dans les clous !). Mais on les comprend beaucoup mieux lorsqu’il s’agit de se débarrasser de la voiture en la collant dans un parking: 5 à 7 dollars les vingt premières minutes (heureusement c’est dégressif…) !

 ***

 ***

Aux abords des parcs, lieux touristiques et dans les quartiers comme Greenwich, Soho ou Brooklyn, la bourgeoisie branchée s’est réappropriée la petite reine pour en faire un objet de distinction, et rien n’est laissé au hasard pour la personnaliser. C’est le règne des hipsters et autres fans de fixies, ces vélos à pignon fixe qui commencent à faire fureur en France. ***

 ***

 ***

On les retrouve, entre autre, devant le magasin ultra-branché ONLY-NY basé dans le West Manhattan, inspiré par la culture de rue underground, ou encore devant chez Betabrand à San Francisco, qui conçoit toute une gamme de pantalons spécialement adaptés à la pratique du vélo urbain, les « bike to work pants ».

Mais aussi dans tous les quartiers branchés des villes, où ils complètent la mise en scène de l’espace urbain.

 ***

IMG_5426

IMG_5324

IMG_5322

 ***

Bref une sorte de « vélomania » qui transforme le vélo en objet design et bientôt probablement en objet culte !

Toujours à New-York, la voiture a dû également faire de la place aux cyclo-pousses ou vélo taxis, qui semblent faire partie de ces petits boulots entièrement occupés par des migrants : celui qui nous a pris en charge (3 dollars les trois minutes) étaient un jeune étudiant ukrainien aux US depuis deux ans et à NY depuis quelques mois. Tous les soirs après les cours et pendant les vacances, il transporte des passagers à la force de ses mollets pour payer ses études.

 ***

IMG_4633

 ***

En Californie, le souffle de la contre-culture et de l’esprit de liberté semble encore s’exprimer dans la rue, à travers la mode vestimentaire mais aussi par la médiation du vélo, vecteur de liberté aux vertus écologiques.Le dimanche matin, la plage de Santa Cruz, une petite centaine de kilomètres au sud de San Francisco, se remplit de joueurs et joueuses de volley venus à vélo disputer leur partie dominicale et amicale. Quelques routards se reposent en appuyant aux bancs du port leurs machines à pédales aux poches remplies de leurs histoires de vie, avant de repartir vers un nouvel eden, et les couples (de vélo) se font et se défont au gré des amarrages.

 ***

 ***

Même esprit de liberté à Venice Beach et Santa Monica, près de Los Angeles, où le vélo s’allie avec le skate ou le surf dans un esprit totalement « free style ».

 *** ***

 

A Frisco,une bonne partie de la ville, la plus plate comme on peut le deviner, se prête parfaitement à la pratique du vélo. C’est le cas de tout le bord de mer, avec les anciens entrepôts transformés en centre commercial alimentaire haut de gamme, avec une promenade de plus de dix kilomètres jusqu’au Golden Gate. On peut d’ailleurs louer des vélos, traverser le pont pour rejoindre Sausalito, une commune autrefois port de pêche mais désormais très « upper class ». Retour en ferry parfaitement organisé pour accueillir des randonneurs à vélo en grand nombre.

 * ***

 ***

 Enfin, dans un pays où les inégalités sociales ne cessent de se creuser, où l’on peut encore se faire cirer les chaussures en pleine rue, où les petits boulots payés quasi-exclusivement au pourboire sont légion, le vélo reste comme dans tous les pays le moyen de transport des plus pauvres, comme ces ramasseurs de canettes, qui pour quelques dollars les rapportent dans un centre de tri.

 ***

IMG_5445

 ***

  Dans les rues de San Francisco, ce ne sont pas des hippies qu’on croise désormais, mais des dizaines de milliers de homeless, dans un état d’abandon incroyable … A New York, ils seraient plus de 40.000. Dans le pays, plus d’un million et demi d’enfants vivent sans domicile, selon le centre national des familles sans abri. C’est ça aussi l’Amérique, des contrastes choquants dans un pays dont le nombre de milliardaires a été multiplié par quatre entre 2003 et 2013, selon un récent article du Point .

Texte : Sylvie Kermarrec

Photos : Léa, Maxime, Jacques et Sylvie Kermarrec – Droits réservés.

Publicités

Les commentaires sont fermés.